La corsoise, toute pale, les regardait


Don Adolfo nous a retenu malgre nous, dit le comte. Lorsque tous ceux qui devaient quitter l’hacienda furent a cheval, ainsi qu’une dizaine de guerilleros commandes par un bas officier et dont la mission etait de servir d’escorte au retour a leur colonel, le guerillero s’adressa a ses soldats, en leur recommandant d’obeir en tout a don Melchior de la Cruz pendant son absence, puis il donna le signal du depart. Ils laissaient Maurin vider son sac, esperant surprendre quelque parole compromettante pour lui. Pendant ce temps nous gagnerons au large, a travers bois. . Elle etait toute tremblante, Mise Secourgeon. Et pour qui, maitre Maurin? Et que faut-il dire? Dictez.

Le president, faisant tenir en bride derriere lui son cheval et celui du guide, se placa en tete de la troupe, malgre les prieres de ses amis.

Alors elle eut honte d’elle, et se voila la face de ses deux bras qu’il ecarta aussitot a deux mains, de toutes ses forces. –Vous me ferez beaucoup d’honneur, monsieur Bedarride.

Elle se taisait, donnee et furieuse de l’etre, consentante et revoltee. Le ton employe par l’inconnu parut faire une forte impression sur les soldats. . Maurin soutenait, du produit de sa chasse, sa mere devenue vieille. Pastoure fit un geste d’insouciance. Quelques minutes s’ecoulerent; enfin don Melchior se leva, sa contenance etait fiere et assuree, il etait certain de ne pas mourir sans vengeance. Monsieur le prefet, commenca le professeur idealiste.

Celui-ci continua sans se douter de la faute que, sans y songer, il avait commise.

.

–Pour cette fois, je n’y comprends plus rien du tout, s’ecria le comte; bah! reprit-il apres un moment de reflexion, peut-etre vaut-il mieux qu’il en soit ainsi et que cette proposition vienne d’elle. Je voulus m’en assurer. Remettez cette carte a Son Excellence, dit-il.

Voici que nous approchons du point suspect, pressons le pas afin d’etre prets a toute eventualite. Qu’on puisse labourer quand il bruine, comme le font eternellement les paysans du Nord, c’est une chose dont nos paysans n’acceptent pas meme l’idee.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.